top of page
Piem 2.jpg

Individuation

" Processus par lequel une personne devient

  consciente de son individualité"

                       

                                                           C.G. JUNG

Oui mais, qu'est-ce qu'être soi ?

J'ai pris conscience de la portée de cette question lorsqu'il a fallu spécifier ma démarche artistique.

Cette dernière correspond au cheminement et aux objectifs de création de l'artiste.

 

Jusque là, je me questionnais pas mal sur le sens de l'existence et cherchais une certaine authenticité dans mes choix professionnels. Ainsi, suis-je passé d'auditeur financier, à ouvrier du bâtiment, et en 2012 à la sculpture. S'ensuivirent six ans de formation (modelage, modèle vivant et taille directe). Mais la portée de ces décisions était encore nébuleuse pour moi.

Au cours de l'année 2018, j'intégrais une résidence à la Cité Internationale des Arts de Paris pour deux ans. Immergé pour la première fois au milieu d'artistes, de toutes disciplines et cultures, alors que je ne me considérais pas comme tel, j'eus à expliciter ma démarche artistique.

Au début, je me suis plié à cette obligation pour être plus crédible. Puis, je remarquais que ce n'était pas seulement un exercice de style. Cela a clarifié pas mal de choses et conduit à ma recherche actuelle. Je pris conscience que mes changements étaient autant de tentatives pour définir mon identité.

A ce propos, le psychanalyste Jung parle même de nécessité, s'agissant  du chemin de singularité à entreprendre dans une existence. Il nomme ce processus Individuation.

En parallèle de cet entendement, je fus traversé par des angoisses. Je trouvais mes productions figées et étais en panne d'inspiration. Bloqué, je ne savais quelle direction prendre. Ce n'était pas la première fois que je me trouvais dans une impasse, mais cette fois, je n'ai pas cherché à m'évader de ce trouble avec des projets ou sorties mondaines.

Et en écoutant ce qui se tramait, je compris le vrai miracle que la sculpture avait opéré en moi : l'éveil d'une sensibilité et d'une observation. Je deviens davantage présent à ce qui m'entoure.

C'est ainsi que désormais, j'entre-aperçois ,tapi derrière mes choix et réactions, un élan vital. Il a toujours cherché son chemin, même dans les moments les plus sombres.

Voilà ce que l'art m'a offert à travers sa pratique et l'admiration des oeuvres : sentir cette vie qui m'anime.

Cela me fait songer à un propos de Rodin :

                    "L'art, c'est la contemplation, c'est le plaisir de l'esprit qui pénètre la nature

                    et qui devine l'esprit dont elle est elle-même animée".

Les vicissitudes de l'existence m'avaient conduit à des adaptations successives. (Ma famille et moi avons dû fuir notre pays suite à un génocide). Ces adaptations se sont faites par une mise à l'écart d'une sensibilité et de facto, de la possibilité d'accéder à une véritable singularité. C'est à dire une singularité  qui prend source dans la vie qui me traverse et non plus dans une comparaison avec l'extérieur (mimétisme adaptatif).

Dorénavant être présent à cet élan de vie qui coule en moi, voilà ce qui m'intéresse.

Les réalisations en seront les fruits ou les moyens.

Elan de vie qui est don d'exister et Présence. Je cherche donc à être présent à cette Présence.

Car je sens que cette expérience est l'alpha et l'oméga de mon existence.

L'alpha car de la présence à mon geste et à ce qui m'entoure dépend ma sculpture.

L'alpha parce que ma présence au monde, aux autres et à moi-même sont corrélées

à cette expérience de présence.

Et, l'omega car je devine que ma joie réside dans la contemplation de cette Présence,

en moi, chez les autres et dans le monde.

Deux constats : la conscience de cette Présence est venue tardivement, et demeure floue et instable.

Et précisément, c'est tout un art que de créer des conditions pour en faire l'expérience ! Il m'aura fallu 49 ans pour commencer à en esquisser la possibilité !

C'est là que débute l'aventure, l'enquête même !

               Qu'est-ce que cette Présence, cet élan de vie, ce don d'exister ?

               Qu'est-ce qui vient l'obstruer ?

               Quelles conditions faut-il réunir pour accéder à cette expérience ? (conditions matérielles, 

               conditions sensibles, psychiques...)

               L'art peut-il nous aider dans cette enquête et dans cette quête ?

 

Depuis  2020, dans des lieux que des amis me mettent à disposition, j'élabore un espace que je nomme l'atelier Âme en Corps. Dans cet espace, ma recherche s'incarne de la manière suivante :

               Développement  d'installations, notamment des structures de tasseaux et de lumières.

               Et récemment, j'ai ajouté une expérience sur la végétation. Je cherche à créer un univers propice à

               éveiller sensibilité et observation, nécessaire à l'écoute de cette Présence.

               Accompagnement artistique (pratique personnelle, expositions), organisation

               de projections privées (documentaires et autres). Cet accompagnement implique essentiellement                       une écoute.

               

La question qu'est-ce qu'être soi demeure, ce qui change c'est ma manière de l'aborder.

Je prends conscience qu'être soi est l'ultime frontière, à la fois proche et lointaine, mais jamais atteinte car sans cesse en mouvement...

Et ce mouvement est dépouillement, pour laisser jaillir cette Présence blottie en chaque quête de singularité.

Le travail de la matière et l'aventure artistique est mon voyage de dépouillement.

"Va à ta recherche 

et là où tu te trouves, quitte toi"

Maître Eckart, Entretiens Spirituels.

Childh.jpg
Portrait 2_edited.jpg
bottom of page